Guilde RP de la faction impériale
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lorsque les Carottes sont cuites...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alyssandra



Messages : 147
Date d'inscription : 16/06/2014
Localisation : Terre, Europe, France, Région Parisienne...

MessageSujet: Lorsque les Carottes sont cuites...   Lun 28 Sep - 19:00

Aldérande – Contreforts des monts Janans – Petit village de Beth

La tête rentrée dans les épaules elle triture nerveusement du bout des doigts la longue tresse centrale qu’elle s’est faite le matin. Elle essaye de se concentrer sur le dos de celui qui la précède dans la file, mais elle ne peut éviter d’entendre leurs gloussements, leurs quolibets et autres remarques graveleuses… Elle sait qu’elle va devoir s’y faire et être forte.

Il fait froid ce matin de printemps. Ils piétinent et pataugent dans de la neige fondue. Encore quelques minutes et ce sera son tour. Elle se récite son histoire toute inventée comme un mantra tout en torturant ses cheveux d’un rouge flamboyant. Lorsque le grand costaud devant elle vient à s’écarter vers la droite les formalités expédiées, elle croit défaillir…

Tout cela pour rien…

Sergent Recruteur Olynx : Ton nom ?... (en haussant légèrement le ton) … hé petite ? Ton nom ? ton âge ?...

Elle finit par bredouiller de manière fort peu intelligible, mais le sergent recruteur a griffonné toutefois quelque chose sur son pad… Elle l’a reconnu, mais heureusement pas lui. Un de ceux qui ont servis sous les ordres de son père, quelques années plus tôt… Peut-être même un de ceux qui l’avaient fait sauter sur leurs genoux lors d’un pique-nique en montagne… Avant… Avant qu’un major annonce la terrible nouvelle un soir d’hiver il y a plus d’un an maintenant…

Elle sursaute sous les invectives des soldats, et les rires gras, les mots d’oiseaux des garçons qui attendent leur enrôlement derrière elle… Elle avance en trébuchant vers le speeder de transport réalisant à peine que c’est fait… Non ils ne l’ont pas recalé…

Elle se dit que par les temps qui courent la Maison Rist ne peut pas se permettre de refuser des volontaires… C’est malheureusement sûrement cela… Lorsque le speeder quitte son petit village, elle a une pensée pour sa mère… Quand elle reviendra tout à l’heure de son travail elle découvrira le mot sur la table… elle aurait aimé lui dire, lui expliquer, mais elle n’aurait jamais compris que son unique enfant veuille suivre les traces de son père… Elle ne peut empêcher une larme au coin de l’œil droit…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alyssandra



Messages : 147
Date d'inscription : 16/06/2014
Localisation : Terre, Europe, France, Région Parisienne...

MessageSujet: Re: Lorsque les Carottes sont cuites...   Lun 28 Sep - 19:01

Aldérande – Centre d’entrainement de la Maison Rist

Trois semaines...

Trois semaines de privations, de railleries, de brimades, de coups, et de larmes versées dans le sang… Dehors en contrebas le porche de la honte, celui sous lequel sortent ceux qui finalement ont jeté l’éponge, ou ceux qui ont été recalés par les sergents… Trois semaines de douleur et d’enfer… Oh les sergents sont durs, les exercices et les leçons sérieuses, mais tout cela n’est rien en comparaison de ce que ces camarades d’entrainement lui font subir, jour et nuit… Ils se relaient même pour l’importuner et la martyriser…

Elle est la plus jeune, puisqu’elle a menti sur son âge… La plus frêle sans nul doute mais pas la seule femme. Même si elles ne représentent que 15% des enrôlements. Et pourtant ce sont elles qui la font le plus souffrir… Comme si sa seule présence était une véritable honte : une pustule qu’il fallait éliminer… mais elle s’accroche, malgré la douleur, malgré les plaies, les bosses…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alyssandra



Messages : 147
Date d'inscription : 16/06/2014
Localisation : Terre, Europe, France, Région Parisienne...

MessageSujet: Re: Lorsque les Carottes sont cuites...   Lun 28 Sep - 19:06

Aldérande – Stand de Tir- Camp d’entraînement de la Maison Rist

Par section de 12 les recrues s’avancent chacune leur tour sur le pas de tir. C’est la première fois qu’ils auront une arme réelle entre les mains après maintenant plus d’un mois passé dans le centre d’entraînement. Eprouvés physiquement et intellectuellement ils vont devoir maintenant apprendre les bases de ce qui sera très prochainement leur quotidien dans la guerre que se livrent nombre de maisons d’Aldérande.

Alyxias n’entend plus les quolibets, elle se concentre uniquement sur ce moment tant attendu… Elle se souvient des conseils de son père lorsqu’enfant il y a pas si longtemps ils partaient chasser des jours durant dans la montagne, au grand dam de sa mère.

Recrue 1 : (en rigolant grassement) Hey Carotte !... t’effondre pas sous le poids du fusil hein ??? T’sais quand même dans quel sens l’tenir ?
Recrue 2 : (Pouffant) Carrote ? s’ras pa foutu de seul’ment aligner sa cible… Même pas assez bonne pour s’allonger !!! (Rires gras)
Recrue 3 : (Gloussant) T’es con toi ! C’est surtout qu’elle est pas plus grand que l’fusil ?!!
Recrue 2 : Après cela t’aura plus qu’à aller te trainer sous l’porche comme une grosse merde Carotte… T’aurais du l’faire depuis longtemps !!!

La section prend place à la suite de la précédente. Les scores s’effacent au-dessus des positions de tir. Les instructeurs de tirs sont encore en train d'hurler sur ceux qui ont oublié la position réglementaire du fusil au sol sur son bipied, ou sur les résultats décevants de l’un ou de l’autre…

Elle puise dans ses souvenirs pour se concentrer, elle s’allonge près du fusil à lunettes et prend position. Sur l’ordre de l’instructeur chef de tir, les recrues sélectionnent la distance de leur cible, et bientôt les premiers font feu. Cinq tirs par recrue.

Alyxias ajuste son arme, règle la lunette… Elle rectifie sa position et sent la main rugueuse de père sur sa joue qui la redresse légèrement… C’est la première fois qu’elle a un franc sourire depuis son arrivée ici. Respiration, doigt sur la détente, faire corps avec la cible… Et celle-là ne bouge pas.

Premier tir… Alyxias grimace… Elle n’est pas contente, mauvaise synchronisation respiration et tir. Repositionnement…

Deuxième tir… Père va encore se moquer d’elle si elle ne fait pas plus attention. Elle le sent presque en train de lui ébouriffer la tignasse sur le dessus du crâne… Mère va mettre des heures à lui démêler les nœuds…

Troisième tir… Légèrement à gauche, Alyxias râle intérieurement, se décrispe, ferme les yeux une fraction de seconde, laisse sa respiration s’accorder à son rythme cardiaque, après tout ce n’est qu’une pauvre cible immobile et inerte…

Quatrième tir…

Alyxias : Raté !... Put...!!!

Elle baisse légèrement la tête pour se décrampir la nuque. Elle fait corps avec son fusil, ajuste son tir… mais ?... quelque chose dans son environnement la perturbe, la gêne, voire l’indispose… Petit mouvement de tête pour se la vider, vite se reconcentrer… Abstraction de tout sauf sa cible... Elle détend ses doigts, respiration, doigté, rythme cardiaque, cible alignée… faire corps…

Cinquième tir…

Pas trop mal cette fois…

Alyxias repose précautionneusement l’arme sur son bipied et va pour se redresser… A ce moment là elle réalise enfin ce qui est anormal… totalement anormal, ... le silence… aucun brouhahas sur le champ de tir. Elle se retourne vivement pour se retrouver nez à nez avec l’instructeur chef de tir qui pianote sur un pad en hochant gravement la tête.... Et merde ! pense-t-elle... Derrière lui les recrues ont des regards mêlés qui de colère, qui de surprise, qui d’effarement, qui d’amusement, qui de respect,… Lorsqu’une voix qu’elle n’a pas entendue depuis plusieurs semaines :

Sergent Olynx : Bien… bien… Je crois que la recrue Karrot nous a fait une jolie démonstration… Pas mal du tout … Karrot ! C’est bien comme cela qu’ils vous ont surnommés ? non ?... Je crois qu’à l’avenir ils prendront les carottes au sérieux…

L’instructeur chef de tir Allwek approuve avec un franc sourire que sa balafre transforme en grimace difforme. Puis après avoir effacé son sourire du visage aussi vite qu'il est apparu,  il ordonne :

Allwek : (en hurlant) Allez !!! La récréation est terminée ! Section suivante !!! En position larves de Kiliks dégénérées !! Que cela saute !!! …

Alyxias encore interloquée se laisse guider vers le bas du pas de tir par le Sergent Olynx qui lui glisse tout bas à l’oreille

Sergent Olynx : (en murmurant) Je crois que ton père serait fier de toi Alyxias…

Le sergent lui désigne alors du menton le tableau d’affichage du stand de tir où le nom Alyxias Karrot vient s’afficher en cinquième place du tableau d’honneur, un tableau qui n’avait pas bougé au cours des deux dernières années…

Encore quelques mois d’entrainements et Alyxias dit "Karrot" rejoint les troupes de tireurs d’élite de la Maison Rist, certains prétendent même qu’elle sera promue à un avenir plus mystérieux au sein des prestigieux assassins de la maison… Mais ce ne sont que des rumeurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
freyavalcourt



Messages : 333
Date d'inscription : 14/12/2013
Localisation : partout ou je peux assouvir ma soif de puissance

MessageSujet: Re: Lorsque les Carottes sont cuites...   Mar 29 Sep - 16:44

Très joli. J'apprécie tout particulièrement l'apparition de la maison Rist, qui est à mes yeux une faction d'alderande particulièrement interessante. Encore bravo !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alyssandra



Messages : 147
Date d'inscription : 16/06/2014
Localisation : Terre, Europe, France, Région Parisienne...

MessageSujet: Re: Lorsque les Carottes sont cuites...   Jeu 8 Oct - 7:17

Aldérande – Monts Jurans Col de l’Aigle – 5ème jour

Les brumes matinales enveloppent la forêt d’un manteau humide et glacial même en ces journées de printemps. Alyxias se décrampit les muscles, câle son fusil au creux de l’épaule. Respiration, doigté, rythme cardiaque, cible alignée… Les différents paramètres fournis par sa dernière micro-sonde CZ-92437H s’affichent nettement sur son système de visée… Pas aussi pertinentes que nécessaires mais suffisantes… Elle a déjà perdu les deux premières sondes… Alors cette dernière elle se la bichonne…

Bien à l’abri derrière son déflecteur ce capitaine invective ses hommes dans son datacommunicateur… Ils n’ont pas appris grand-chose en cinq jours… Elle aligne, se concentre… l’officier s’écroule tué net derrière la nuque… Alyxias se repositionne immédiatement, paramètres de tirs pré-calculés réajustés et le canonnier principal s’écroule à son tour… En contrebas l’escouade ennemie se disperse comme une nuée de sauterelles, mais Alyxias n’observe pas.

Elle a déjà basculé son corps sur la gauche d’un mouvement ample du bassin, projeté ses jambes en avant et dévale de sa position de tir vers la seconde, se reçoit avec souplesse, se repositionne alors même que son bras gauche termine un mouvement ample permettant d’amplifier le mouvement des cailloux pour simuler sa fuite plus avant… Déjà des tirs épars s’égrainent sur le surplomb, réplique inutile sur une position qu’elle a déjà quittée.

Reprendre position, calmer l’afflux d’adrénaline… elle ajuste, cible, … un sous-officier s’écroule… à son allure un vieux de la vieille pourtant… Le seul qui faisant fi du danger semblait avoir compris la menace et donnait des ordres pertinents aux troupes en contrebas… Mouvement de quelques degrés sur la droite et c’est le chauffeur de ce speeder de commandement qui, blessé gravement au torse vient encastrer son véhicule dans un conifère, provoquant un gros carambolage…

Nouvelle rotation… glissade, rétablissement… et course… La micro-sonde lui donne en temps réel les options sur ses diverses possibilités de replis… Elle ajuste sa course, ses mouvements et garde le rythme mêlant vitesse, prudence, endurance…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alyssandra



Messages : 147
Date d'inscription : 16/06/2014
Localisation : Terre, Europe, France, Région Parisienne...

MessageSujet: Re: Lorsque les Carottes sont cuites...   Jeu 8 Oct - 7:18

Aldérande – Monts Jurans Forêt de Bertyn – Nuit du 9ème jour

Recroquevillée dans le terrier déserté qui lui sert d’abri de fortune pour la nuit Alyxias consulte les données des deux Datapads qu’elle a récupérés un peu plus tôt sur deux éclaireurs impériaux en motojets…

A la manière dont sa tête ne cesse de scruter les secteurs à risques, à la manière dont ses mains et ses pieds sont restés en position, manifestement prêt à redémarrer en une fraction de seconde, l’éclaireur qui trépigne sur son motojet est conscient du risque pris à rester ainsi à l’arrêt… Cet éclaireur est loin d’être un novice. Toutefois son homologue doit lui être d’un grade supérieur puisqu’il le contraint à stationner contre toute sécurité, le temps qu’il se satisfasse contre le tronc d’un vieux conifère qui ne lui a rien demandé…

Lorsque le premier tir vient cueillir en pleine tête le soldat expérimenté sa motojet est aussitôt propulsée en avant et vient s’écraser sur un bouquet d’arbres un peu plus loin dans un halo de feu orangé… L’autre éclaireur, plus gradé, n’a décidément aucune expérience du terrain et c’est en essayant vainement de se rhabiller que le second tir le cueille en pleine poitrine cette fois…

Elle sourit en y repensant… Cet imbécile a coûté la vie à un vieux briscard pour satisfaire un bête besoin naturel au milieu de nulle part, sûrement sans écouter les conseils de son subalterne… C’est peut-être pour cela qu’elle l’a fini au couteau alors qu’il geignait comme un animal…

Alyxias se reconcentre sur les données. Elle est sans nouvelles depuis plus de 9 jours maintenant. Volontairement partie sans équipements de communications, évitant toute tentation de se faire repérer par triangularisation.
Son épaule gauche la fait souffrir chaque fois qu’elle frissonne, et son côté droit est encore endormi par les dernières doses de stims qu’elle s’est injectée… Elle a si peu dormi depuis 9 jours… quelques heures volées par ci, par là… Elle a essayé tout à l’heure de réparer sa dernière micro-sonde mais, en ces lieux perdus, aussi créative soit-elle… Peine perdue… La voilà privée de son troisième œil…

Ainsi donc ils ont fini par apprendre de leurs erreurs… Elle trouve rapidement les ordres explicites interdisant aux éclaireurs de s’arrêter, ou bien leur interdisant de poursuivre toute cible, il semble que les simples câbles d’acier aient joués leur rôle dans la forêt… Ils ont pour mot d’ordre de rendre compte au commandement aérien… C’est bien cela, les bruits d’explosions entendus sur les deux derniers jours correspondent à des bombardements… C’est ainsi qu’ils se sont décidés à les poursuivre … à les aplatir…

Tiens, les officiers ont dorénavant l’ordre de ne plus arborer leurs insignes, ni la troupe de les saluer… Et ils ont aussi compris que l’ennemi qui les harcèle ne recule pas, mais se déplace sur la zone au hasard, attaquant partout et de manière erratique, officiers, ravitaillement, pièces lourdes, communications, etc… Elle lit entre les lignes qu’ils se sont redéployés sur les arrières, et modifiés leur position sur le terrain, une complète réorganisation de leur offensive et donc un signe que leur avancée a pu être retardée… suffisamment ?

Alyxias somnole. Elle a desactivé les blocs de données au cas où. Elle souffre en silence dans le froid de la nuit, elle a déjà nettoyé ses armes trois fois. Demain sera encore une longue journée… Elle repense à ces quelques notes récentes… A priori leur dernier ordre de ce jour n’était pas de rendre compte au Commandement aérien mais à une station mobile… Elle essaierait d’aller voir à l’aube…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alyssandra



Messages : 147
Date d'inscription : 16/06/2014
Localisation : Terre, Europe, France, Région Parisienne...

MessageSujet: Re: Lorsque les Carottes sont cuites...   Jeu 8 Oct - 7:22

Aldérande – Maison Rist – Pont d’envol sécurisé – 10 jours plus tôt

Les trois Snow-skyhoopers laissent échapper quelques fumeroles sur le pont d’envol qui à cette heure leur est dédié. Le major Olkink fait les cent pas en observant les soldats qui contrôlent avec précision leur parquetage devant lui… 26 hommes et femmes… Il reconnait facilement les tireurs d’élites à la manière dont ils portent leur arme, telle un enfant ou un amant… Les commandos à leur carrure et aux packs d’explosifs qu’ils comptent et recomptent… En retrait les trois pilotes font des exercices d’échauffement et d’étirement…

Le dernier paquetage contrôlé, le major Olkink met les 26 hommes et femmes de la maison Rist au garde à vous… Voient-ils dans son regard, la fierté qu’il leur porte ? Il n’a pas le temps d’y répondre qu’un sas s’ouvre derrière lui, deux Assassins d’élite de la maison avancent à grands pas, escortant … Oui… c’est bien lui… le second fils de la Maison, Erickt, celui que l’on nomme déjà comme le digne successeur de son père, même s’il n’est que le second fils…

Le jeune noble se tourne rapidement vers le major Olkink.

E. Rist : Major Olkink, si vous le permettez j’aimerais leur parler…

MO : Bien évidemment, monseigneur… je vous prie…

Le jeune noble se campe bien droit dans ses bottes face aux 26 soldats au garde à vous… Il prend le temps de les dévisager d’un regard droit, dur, peut-être même hautain…

E. Rist : Repos !

Chacun des 26 se détend légèrement ne quittant pas des yeux leur seigneur…

E. Rist : Vous êtes tous volontaires…

Je ne m’étendrais pas sur la fierté qui est mienne devant vous… je ne m’étendrais pas sur vos motivations… Vous êtes là!…

A l’une des heures les plus sombres de notre Maison!, …

Vous êtes là et vous répondez présents…

Vous le savez déjà, mais nous perdons cette guerre… Nous la perdons, c’est un fait… L’ennemi aidé par l’Empire, est déjà sur nos terres…

Mais nous avons encore le choix de la manière de la perdre…

Notre maison n’a jamais ployé et je n’escompte pas qu’elle le fasse ce jour,… et ce même si nous perdons…

Nos lames sont en chemin, nous avons déjà frappé et allons le faire à nouveau, nos meilleures lames leur laisseront des plaies béantes qu’ils pleureront pour des siècles… Nous ferons couler le sang au tréfonds de leurs Maisons, Mais je ne tiens pas à ce que cela soit une vengeance posthume… Cela sera notre atout pour négocier… pour négocier comment nous allons la perdre cette guerre…

Et pour cela nous avons besoin de temps… Du temps que nos troupes au sol sont incapables de nous donner… Elles meurent sur place, se replient comme elles peuvent mais à ce rythme notre Maison sera tombé sous trois jours… et il nous en faut… plus … Quelques-uns de plus… et ces jours en plus c’est vous qui allez nous les donner…

Aucun d’entre vous ne reviendra…

Vous le savez…

Vous l’avez accepté…

Vous allez porter la mort, le chaos au sein de nos ennemis…

Tuez leurs officiers ! ... Tuez leurs sous-officiers ! ... Estropiez leurs hommes ! ... Sabotez leurs équipements ! ... Brûlez leurs infirmeries ! ... Brisez leurs chaines de ravitaillement ! ...

Faites de chaque rocher, de chaque arbre un piège mortel ! … Que chaque mètre parcouru sur nos terres leur coute leur livre de chair et de sang…

Ce jour !!!

Par le sacrifice qui est le vôtre !

Vous êtes désormais membres à part entière de notre Maison ! Oubliez vos noms de famille, pour moi dès cet instant vous êtes des Rist ! Mes frères et sœurs de sang ! …

C’est ainsi que nous traiterons vos familles… Vos prénoms sont gravés au sang de notre Maison… Offrez nous ces quelques jours…

Portez leur mort et souffrance ! Tuez tous ceux qui souillent notre terre !…


Les 26 : Hourra ! Rist ! Rist ! Rist !... …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alyssandra



Messages : 147
Date d'inscription : 16/06/2014
Localisation : Terre, Europe, France, Région Parisienne...

MessageSujet: Re: Lorsque les Carottes sont cuites...   Jeu 8 Oct - 7:24

Aldérande – Monts Jurans Forêt de Bertyn – 11ème jour

Le ciel est terne et s’assombrit rapidement, bientôt ce seront les heures entre chien et loup juste avant l’obscurité de la nuit. Alyxias ajuste sa position sur le contrefort rocheux, elle a choisi la zone où la mousse n’a pas été chassée par le vent et la pluie… Léger confort pour ses membres endoloris. Elle resserre l’attèle sur sa jambe droite, exercice d’autant plus compliqué avec l’état de son épaule gauche. Pour ne pas émettre de son, qui porte en ces lieux, elle serre entre les dents la lanière de cuir renforcé de son fusil à lunettes. Elle en pleure… Le dernier medikit volé à un éclaireur gît à côté d’elle, désormais inutile… Un dernier tour d’horizon avec sa lunette de visée nocturne… La forêt est calme ce soir… De rares animaux… Au loin quelques feux rougeoyants d’incendies dont le vent parfois ramène quelques fumées désagréables malgré les senteurs de sapins…

Instinct ? Sixième Sens ? Expérience ? Force ?...

Quel que soit le nom qu’on lui donne, Alyxias dans un réflexe de survie pivote sur son côté meurtri et projette son arme devant elle pour parer l’attaque qu’elle n’a pas vu venir. Le déplacement d’air est rapide et ce n’est qu’au dernier moment qu’elle aperçoit la masse sombre encapuchonnée qui lui tombe dessus.

Une lame rouge flamboyante vient soudain percer l’obscurité naissante, blessant les yeux fatigués et déjà accoutumés à la nuit d’Alyxias. Son vrombissement caractéristique s’accompagne du bruit sec qu’émet son arme lorsqu’elle est coupée littéralement en deux. Alyxias réagit vivement et projette les deux morceaux de son bébé vers l’ennemi aux yeux jaunâtres dont le rictus de haine transparait à la lumière du sabre… Est-ce le reflet ou sa peau qui est rouge ?...

Profitant que son ennemi amortisse sa chute, Alyxias tente un balayage de sa jambe valide pour le faire vaciller, mais l’ennemi est fort et aguerri. Elle a déjà ses deux lames en main et tente une attaque basse au ventre, le Sith, car c’en est un la pare assez vivement et s’ensuit une rapide mêlée qui ne fait aucun doute.

La douleur conjointe à l’adrénaline, Alyxias défend vivement ses dernières secondes de vie, mais déjà son regard se trouble, ses coups frappent le vide. Un vif élancement au poignet droit et sa première lame va rebondir sur la paroi rocheuse en contrebas. Elle se dit que peut-être elle pourrait basculer avec lui et l’entrainer dans sa chute… mais un uppercut à la mâchoire la remet à terre et lorsque le Sith lui écrase sa dernière main valide et armée sous son pied armuré elle sait…

Elle peut voir le visage du Sith au sang pur s’enorgueillir d’un large sourire de jouissance et de haine, le Sith lève haut son sabre, lame tournée vers le bas, il savoure cet instant. Alyxias se rappelle … poche à la ceinture avant… il suffirait de peu … si sa main inerte pouvait réussir à s’approcher assez de son dernier détonateur thermal…

Trop tard, le Sith a pris son plaisir et donne à son sabre l’impulsion fatale….

Une myriade d’éclairs violacés la frappe au cœur dans les âffres de la mort…

A cet instant Alyxias pense à sa mère, seule au village, sa mère qui n’a pas compris son départ… à son père ? Va-t-elle le rejoindre ? Est-il fier d’elle…

La lumière… enveloppante, éblouissante …

L’éternité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
freyavalcourt



Messages : 333
Date d'inscription : 14/12/2013
Localisation : partout ou je peux assouvir ma soif de puissance

MessageSujet: Re: Lorsque les Carottes sont cuites...   Jeu 8 Oct - 18:02

Un grand bravo, toujours aussi bon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alyssandra



Messages : 147
Date d'inscription : 16/06/2014
Localisation : Terre, Europe, France, Région Parisienne...

MessageSujet: Re: Lorsque les Carottes sont cuites...   Jeu 8 Oct - 19:31

Classe Fureur XC45AZ412 – Espace Planètaire de Dromund Kaas

Sensation de flottement…

Perception de vol…

Comme si elle plânait…

...Douleurs…

Affreuses douleurs lancinantes…

Silence omniprésent…

Flottement… obscurité… absence…

Le droïde médical tourne autour de la cuve de kolto, vérifiant les différents paramètres comme chaque heure depuis des semaines. Doc XC13 s’interromp juste lorsque son Seigneur entre dans le l’infirmerie de bord.

XC13 : Bonsoir Seigneur, votre excellence requière mes services. Que puis-je pour lui complaire ?

La jeune femme aux cheveux d’albâtre ne regarde pas l’ombre d’un instant le droïde… Maudissant intérieurement les abrutis de programmateurs de comportement des droïdes de l'Empire... Elle n’a d’yeux que pour la cuve... Aucune émotion sur son visage. Même la large cicatrice qu’elle arbore au côté droit du visage ne réagit pas.

Elle s’approche lentement de la cuve, bras croisés dans le dos. Elle a fière allure dans son armure aux armoiries blanches et carmines… Elle sait que son apprenti, est adossé dans le recoin obscur de la pièce, épiant le moindre mouvement. Il porte encore quelques stigmates d’une vive électrocution sur sa joue droite… Elle sent sa haine… sa douleur… sa rage… et en présence de la cuve de kolto elle en est décuplée… Elle ne montre rien... Mais voilà une excellente chose… Tant qu’elle sera en vie, la seule présence de cette forme humaine dans la cuve lui rappellera ce qu’il coûte de désobéir aux ordres de son maître…

Au travers du liquide de la cuve, le Seigneur Alyanor observe les traits fins et adolescents de cette ancienne tireuse d’élite de la Maison Rist, l’une de celles et ceux qui leur ont tant donné de fil à retordre. Une de celles et ceux qui indirectement ont amené l’état-major impérial à remplacer le général en charge de l'assaut sur les Rist… Ce fat orgueilleux, bouffi de ses appuis auprès des Moffs, il avait cru pouvoir la prendre de haut, elle... Il n’avait pas bien compris les derniers ordres qu'il avait reçu... Trop imbu pour imaginer un isntant qu'elle était venue le remplacer. Il nourrissait désormais la terre d’Aldérande de son sang. Rist avait été un semi-échec

Penchant la tête du côté de son sanglant tatouage facial, Alyanor observe plus précisément les traits d’Alyxias flottant dans la cuve… Comment se petit être tout fragile, tout cassé pouvait bien encore palpiter? ... Alyanor sait que si elle survit, elle fera à tout le moins un jouet intéressant, sinon une intéressante leçon sur les enseignements mystérieux de la Maison Rist, et pourquoi pas ?... un outil de valeur à affûter… Voilà donc une petite jeune bien prometteuse, qu’il faudrait sans  nul doute mettre au pas… et les services secrets sauraient l'y aider... Et cerise sur le gâteau, elle sera qui plus est une source permanente de rage pour son apprenti…

Elle s'autorise l'esquisse d'un sourire... avant de quitter les lieux...
Que son apprentie cogite dessus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
freyavalcourt



Messages : 333
Date d'inscription : 14/12/2013
Localisation : partout ou je peux assouvir ma soif de puissance

MessageSujet: Re: Lorsque les Carottes sont cuites...   Ven 9 Oct - 17:48

Vivement la suite Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lorsque les Carottes sont cuites...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lorsque les Carottes sont cuites...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [accepté] Mes parents sont morts quand j'étais enfant
» Les sons sont déformés (stridents)
» Ils sont où les moches?! :(
» Les BD qu'elles sont bien
» Les nouveaux hommes-bêtes sont confirmés!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Odojinya :: Rôle Play :: Présentation des perso-
Sauter vers: